L’Altitude des orties

Fred Bocquet, Eric Bulliard, Sébastien G. Couture, Blaise Hofmann, Julie Moulin, Michaël Perruchoud, Bertrand Tappy et Lolvé Tillmanns

Cousu Mouche
2019
224 pages

Version papier
Avec le livret des photos d’Alan Humerose

CHF 20.00Ajouter au panier

Monica et Vincent sont sur la route des vacances quand ils se rendent compte que Virgile, leur fils adolescent, ne se trouve plus dans la voiture. Où et quand a-t-il disparu? Les parents angoissés partent à la recherche de leur fils, victime de leur inattention.

Dans le village de montagne où se perd la trace de Virgile, une vieille affaire criminelle refait surface. Se pourrait-il qu’un ancien tueur ait repris du service? À moins que la relation de Monica et Vincent ne soit moins lisse qu’ils veulent bien le croire, et que les trahisons intimes soient le ferment du malheur.

Cinquante heures pour écrire un roman

Huit autrices et auteurs se sont relayés, de jour comme de nuit, toutes les deux heures. Ils ont façonné une histoire, seuls devant leur écran, mais en pleine rue, sous le regard des passants, des joggeurs ou des noctambules.

Les membres de l’équipe recevaient toutes les deux heures une nouvelle actualisation du texte et se réunissaient régulièrement pour discuter de l’évolution de l’intrigue et des personnages avant d’entrer à leur tour « en cabine ».

L’histoire ? La disparition d’un enfant, Virgile, sur la route des vacances. L’autopsie de la relation entre ses parents, Vincent et Monica, ainsi qu’une vieille affaire criminelle renaissant de ses cendres sur les lieux mêmes du drame constituent les éléments d’un polar vibrant, à lire comme il a été écrit : d’une traite.

Fred Bocquet, Eric Bulliard, Sébastien G. Couture, Blaise Hofmann, Julie Moulin, Michaël Perruchoud, Bertrand Tappy et Lolvé Tillmanns ont pris le risque d’écrire sans filet : avec un sablier pour boucler ce roman dans le temps imparti; en s’adaptant aux inventions, parfois très fantaisistes, de leurs compères, comme une pièce d’impro théâtrale; en ramassant les petits détails parsemés ici et là, à chaque passage, afin de construire une histoire crédible et dense; en adoptant, enfin, un seul style.

Ils se sont échinés à composer une vraie intrigue, bien loin d’un cadavre exquis, en s’appuyant sur leur force collective. Ce roman de l’immédiateté en dit beaucoup sur l’acte d’écrire, sur les histoires que l’on invente au fil de l’eau et sur celles que l’on mûrit.

Presse

Epic-Magazine (21 novembre 2019)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *