Presque vivants

Guillaume Favre

Cousu Mouche
2019
260 pages

Version papier

CHF 20.00Ajouter au panier

Le livre

Deux frangins au tournant des années 90. Des parents divorcés, des adolescences âpres, entre les premières amours et la recherche de soi. Thierry bascule dans la drogue.

Maxime continuera sa vie, en apparence dans le droit chemin.

Leurs deux portraits, à trente ans de distance, parlent du mal-être d’une génération. De Saint-Maurice au Platzspitz de Zurich, c’est l’émergence de l’héroïne, le désespoir dans les veines, qui nous sont restitués. C’est aussi la mémoire qui ne se débarrasse pas si facilement de ce que l’on voudrait oublier.

Au destin douloureux de ses personnages, Guillaume Favre oppose une plume énergique. Le verbe se déchaîne, jouissif, libérateur, pour dire la difficulté de ce combat inégal et magnifique qu’est la vie.

Des vies fracassées

C’est l’époque noire de l’héroïne, la jeunesse désoeuvrée se pique à Saint-Maurice et échoue au Platzspitz de Zurich. Guillaume Favre se penche sur ces chutes lentes, ces agonies qui ne disent pas leur nom, entre shoots et rêves improbables de rémission.

Il se penche sur le destin de deux frères, Thierry et Maxime et ausculte deux époques, deux étapes de vie.

C’est l’adolescence et ses excès, alors que le Mur de Berlin vient de tomber, que la liberté semble sans limite et le monde à conquérir. Mais Thierry étouffe en Valais, et même l’amour d’Elsa ne parviendra pas à le sauver.

C’est la quarantaine fracassée pour Maxime, dans un monde qui a perdu ses idéaux, où le fric ne sauve plus rien. C’est le règne du burn-out, des enfants qui grandissent sans qu’on les voie.

Les substances ne sont plus les mêmes, mais l’overdose guette, jusqu’à Berlin, où Maxime finit par échouer, loin de ses rêves de liberté.

Le style

Guillaume Favre est poète et cela se sent dans sa manière de poser sa phrase, entre émerveillements et mots cru, pour créer une ambiance d’une étrange noirceur, où l’on cherche à s’agripper au réel alors qu’il file entre les doigts. L’auteur rompt la linéarité du récit en mettant les pensées de ses personnages en exergue. Le récit se casse pour dire la violence intérieure en ouvrant parfois de nouveaux espaces. Le roman pourrait-il devenir poème ?

L’auteur

Né en 1979, Guillaume Favre a grandi à Saint-Maurice en Valais. Il vit aujourd’hui à Genève où, après avoir obtenu un Master en lettres, il travaille dans le domaine culturel.

Il a déjà publié deux ouvrages aux éditions Cousu Mouche. Sans mythologies (2016), un poème entre vers et prose qu’il considère comme une élégie, un requiem, une plainte, un cri de révolte, un essai sur l’écriture, une expérience, un plaidoyer pour la littérature, un souffle.

Son premier roman Les Choses qui sauvent était paru en novembre 2012. Il y raconte l’histoire de Kathrin Solamin, une femme de 52 ans qui tente tant bien que mal de refaire sa vie après la disparition brutale de son mari.

Presse

– 2020-01-26 – Le Matin Dimanche : « J’ai voulu rendre hommage aux victimes du Platzsptiz »

– 2020-01-06 – RTS-19h30 : « Platzspitz, Letten, les célèbres scènes ouvertes de la drogue. Une sombre époque désormais sous forme artistique. »

avatar

Né en 1979, Guillaume Favre est originaire du Valais. Il vit et travaille actuellement à Genève.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *