Currently browsing category

Livres, Page 4

Marche, arrêt. Point mort

«Je nettoie mon imperméable à grande eau. Je vérifie que le couple infernal est enfermé à double tour dans la salle de bains parce qu’ainsi leur môme, même réveillé en pleine nuit, ne risquera pas de croiser les cadavres de Papa Maman. Avant de partir j’essuie avec une lingette la totalité des endroits ayant été en contact avec mes gants. Je plonge l’appartement dans le noir avant d’ouvrir toutes les fenêtres: les courants d’air feront changer de place les pollens. »

À Marée haute

Jenifer est venue au monde par hasard. Elle a grandi comme elle a pu, ballottée entre deux prénoms, deux pays, deux cultures. Les disputes et les séparations ne la concernaient pourtant pas, tout était perdu avant elle. Mais voilà, c’est elle qui doit recoller les pots cassés, se reconstruire. Jenifer n’en finit pas de se relever, touchée mais jamais coulée, amère mais jamais aigrie.

Monsieur Quincampoix

Norbert décède malencontreusement dans la fleur de l’âge et un accident de salle de bains. Le hasard ou quelque chose d’approchant lui permet de réintégrer l’appartement cossu qu’il partageait avec sa femme… mais dans la peau d’un bouledogue français asthmatique. Pas facile de rester le mâle dominant quand l’épouse devient la maîtresse.

Mignardises

12 auteurs, 12 textes, 12 raisons de s’enflammer. Les nouvelles qui composent ce recueil ont été publiées dans le cadre des Nouvelles du Mois, sur le site Web de Cousu Mouche. Elles proviennent d’écrivains aux mondes très variés, passionnés et talentueux. Ce livre vous permettra de grignoter de petits bouts d’univers littéraire et de vous aiguiser l’appétit. Les critères de sélection appliqués par Cousu Mouche ? Il n’y en a eu qu’un seul : le plaisir de la lecture. Plaisir que nous espérons vous voir partager.

Le Martyre du pape Kevin

Le martyre du pape Kevin est une joyeuse immersion dans ce choc des cultures, un roman qui nous propose en outre une galerie de personnages intrigants, attachants ou franchement ridicules. Satire sans doute, caricature bien sûr, mais on se prend parfois à penser que même dans l’absurde et la gaudriole, on ne se trouve pas bien loin du réel.