Graine de Sabbat

Laurent Trousselle

Cousu Mouche
2012
400 pages

Version papier

CHF 26.00 Ajouter au panier

Presse

La Gruyère, juillet 2012

Communiqué de presse

Le livre

Jeune star de la mode en rupture de ban, Max s’autodétruit dans les discos de village, se laisse entraîner dans de stupides jeux d’ado cruels, humiliant celles qui se donnent à lui, comme pour mieux s’assommer. N’est-ce là qu’une pochade de jeunesse ? Et si ce fils d’un Bernard Tapie de bazar se révélait plus torturé qu’il n’y paraît ?

Entre fascination pour la laideur et égoïsme de jeunesse, le personnage du deuxième roman de Laurent Trousselle suit un chemin chaotique qui ne pourra mener qu’au drame.

Il y a du Anders Breijvik dans les dérives de Max, et le Berry revisité par Trousselle devient un cadre étouffant à souhait pour un roman perturbant.

Depuis Le Grand Meaulnes, on sait que les tourments adolescents et les cadres campagnards ont donné naissance à quelques-uns des romans les plus marquants de la littérature française. Il y a dans l’ouvrage de Trousselle quelque chose du Grand Meaulnes et de Brasse-Bouillon (Vipère au poing) trempés par une pluie de perversions. C’est La Guerre des boutons à coup de chalumeau, un roman initiatique dans un monde où l’innocence n’est plus envisageable.

L’auteur

Marche, arrêt. Point mort, premier ouvrage du sulfureux Trousselle, avait fait le bonheur des amateurs de polars tordus. Nul doute que l’auteur, qui prétend sans rire « avoir pondu un roman commercial », ne suscite les sentiments les plus divers parmi ses lecteurs. Mais tant par le style que par la thématique, Laurent Trousselle construit une oeuvre originale, intègre et intelligente, qui mérite d’être reconnue à sa juste valeur.

avatar

Après des études de lettres en Sorbonne, Laurent Trousselle est parti pour un tour du monde dont il n’est jamais tout à fait revenu. Après des années au Brésil, au Japon, en Californie, en Allemagne, il vit et travaille en Suisse alémanique. Ses textes mêlent à la fiction tout ce que l’œil occidental est habitué à lire sur divers supports – articles de presse, étiquettes, mails, courrier, forums Internet, etc. Son sens de l’intrigue et du coup de théâtre font le reste. Après un premier roman explosif (Marche, arrêt. Point mort), Trousselle revient avec Graine de Sabbat, où il prête sa plume à un narrateur qui ne sait pas écrire, et plonge le lecteur dans cette conscience non épanouie qui l’entraînera dans une succession de montagnes russes, vaines justifications de l’horreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *