Côté Rue

Paule Mangeat

éditions Cousu Mouche
2007
143 pages

Version papier

CHF 22.00Ajouter au panier

Version électronique (.epub et .mobi)

CHF 9.00Ajouter au panier

Presse

Le livre

Le premier recueil de Paule Mangeat est le témoignage d’une oeuvre forte, la révélation d’un talent brut, l’expression d’une atmosphère et d’un rythme d’écriture uniques.

Il y a d’abord la façon de vous balancer les mots à travers la figure, de vous embarquer en trois phrases, de prendre son sujet à bras le corps, de l’étreindre, de respirer avec lui, cette proximité avec la rue, ceux qui la subissent, ceux qu’elle éclope. Il y a ensuite cette émotion qui monte sans qu’on sache trop pourquoi, ce balancement entêtant entre la colère et la douleur.

Et encore…

Paule Mangeat signe ici son premier recueil, mais sa plume, son style et l’atmosphère toute particulière de ses textes est déjà largement remarquée. Paule a effectivement remporté six prix d’écriture, sur des thèmes fort différents (du slam au concours épistolaire). A chaque fois, l’émotion de sa phrase a su faire mouche.

Ce livre était donc attendu. Il étonnera. Car Paule n’est pas du genre à broder dans la facilité ou à se reposer sur ses lauriers. Les textes qui vont vous passer sous les yeux vous réservent donc quelques surprises.

avatar

Paule Mangeat est née à Genève en 1978. Son enfance passée aux Pâquis, quartier qu’elle qualifie tendrement de « Cour des Miracles », laisse de profondes traces dans son cœur et son imagination. Les personnages atypiques de ses histoires sont le reflet de ses rencontres urbaines. Après un baccalauréat international, elle fait un bref passage à la faculté des lettres de Genève, mais, l’analyse froide et systématique de l’imaginaire des autres ne l’intéresse pas. À 22 ans, elle va passer quelques jours à Paris, pour changer d’air. Elle n’en reviendra que deux ans plus tard, la tête chargée d’histoires, d’aventures et de détermination. Elle ne s’accommode plus de la réalité et la décortique sans cesse pour en trouver les failles. Nouvelles, pièce de théâtre, poèmes et romans deviennent alors les outils d’une fulgurante déconstruction du réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *