Petit matin 4.10 Heure d’été – Hubert Félix Thiéfaine

Quatre heure dix, l’heure avant l’aube du jour suivant, le moment rêvé pour se pendre.

On fait moins les petits malins au petit matin quand on a l’œil vitreux au fond de son miroir et juste l’envie de s’effacer jusqu’à la dernière trace.

Tu cherches un lambeau de sens auquel te raccrocher, en regardant ton futur s’effilocher. Tu te regardes dans le passé, ton horizon tu l’as broyé.

Tu parles de la vie comme d’une foire, une galerie, une exposition, tu parles d’une vie en société qui formate nos ambitions. On n’est rien sans les autres et si peu soi devant eux.

Passez, dépassez, trépassez, il n’y a rien à voir, plus rien à exposer dans la galerie des sentiments, tu laisses ta place aux nouveau-nés sur le marché des morts-vivants.

Un employé des pompes funèbres pour partager ta dernière bière, la solitude n’est plus une maladie honteuse, tu le dis dans une autre chanson, mais dans l’ultime chapelle, elle interpelle, quand le silence l’amplifie.

Le spectacle doit continuer, mais ce sera sans toi, tu es trop artiste pour tous ces compromis. Trop intègre pour le jeu des politesses.

L’orgue joue pour un seul défunt, hommage d’une société en capilotage automatique.

Ton corps sur le billard, tout tourneboulé, tu fais peine à voir, tu voudrais tant avoir été.

Pourtant je reprendrais bien un supplément de mensonge, si c’est ta tournée.

L’heure avant l’aube du jour suivant pèse une éternité. Tu n’es que le figurant de ta propre destinée, avec ton mal-être plaqué au corps, ton ironie à fleur de peau.

Dans un engrenage sans issue, comme un coup de massue, point de jour à l’horizon, il y a de quoi perdre la raison. La folie, c’est tout ce qu’il te reste, et dans ton miroir, la gueule trop familière du désespoir, désabusé par tant d’abus, d’obus, d’obtus.

Qu’il est lourd le poids des jours, l’impression de tourner en rond, quand rien ne filtre dans l’angle mort sur cette autoroute sans retour.

A Quatre heure dix, tes mots Hubert, percutent mes états d’âme comme un appel de phare qui m’en met plein la vue.

Mais ton désespoir enrichit le mien. Si c’est toi qui régales, je reprendrais bien… un supplément de mensonge.

Sabine Dormond

A propos Sabine Dormond

Traductrice indépendante, mère de deux fils, j’ai repris la plume après une enfance poétisante et des études en Lettres pour exprimer ma désolation et ma colère face aux incessants durcissements de la loi sur l’asile. Un premier recueil coécrit avec Hélène Küng a vu le jour en 2007. Puis des nouvelles ici et là, dont quelques-unes mandatées par l’Association genevoise d’insertion sociale, AGIS, pour l’année du bénévolat. En mars 2011, j’ai repris la présidence de l’Association Vaudoise des Ecrivains AVE et m’emploie à lui redonner toute la visibilité qu’elle mérite par le biais d’un concours littéraire, du Prix des écrivains vaudois, de deux expositions et de nombreux autres projets. J’anime par ailleurs des ateliers d’écriture pour mon compte et à la HES-SO de Sierre et fais aussi partie des membres fondateurs des Dissidents de la pleine lune, un café littéraire dont les participants se rassemblent au rythme des pleines lunes.

Une réflexion au sujet de « Petit matin 4.10 Heure d’été – Hubert Félix Thiéfaine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *