• 26Mar

    Le Secret bancaire

    Les temps changent, disent les mauvaises langues… Ce n’est pas vrai. Les temps ne changent jamais quand les causes sont justes et qu’elles rapportent des intérêts conséquents. Nos banques vaincront!

    © Cousu Mouche, 2010, tous droits réservés.

    Le Secret bancaire

    Paroles, musique et chant : Michaël Perruchoud
    Musique, chant et guitare : Sébastien G. Couture

    L’Allemagne, la France ou l’Amérique
    Partent en croisade contre le fric
    Que nous gardons bien au chaud
    Quant à Yann Moix et Khadafi
    Sont parfois limite impolis
    Lorsqu’ils salissent notre drapeau

    Pour flatter l’homme de la rue
    Ils voudraient bien nous mettre à nu
    Nous si pudiques, nous si discrets
    Mais quand on s’énerve dans la vie
    On n’se fâche pas avec celui
    Qui sait garder un secret

    Quand vous cess’rez d’montrer les dents
    Pauvres Pitt Bull inconséquents
    Vous verrez que ce qui tient en laisse
    C’est souvent l’amour et la thune
    Et en ce qui concerne la thune
    La Suisse est sa meilleure maîtresse

    Car l’argent de vos méfaits
    D’la calomnie comme du succès
    Faut bien le cacher quelque part
    À l’abri du fisc aux grandes dents
    De trop curieux gouvernements
    Qui viennent fouiller dans vos armoires

    L’argent en guerre, l’argent blanchi
    L’argent pas vu, l’argent pas pris
    Tous les fonds quelle qu’en soit la forme
    Les breloques et les capitaux
    Les vieux pécules, les gros magots
    C’est chez nous que, paisibles, ils dorment

    Promis on sera magnanimes
    On s’brouille parfois pour des centimes
    Mais jamais pour des millions
    On voit où est notre intérêt
    Au nombre de petits qu’il fait
    Ici on a l’accueil fécond

    On sortira le gros caquelon
    Le fendant puis le Goron
    Et on sera fier de trinquer
    Quand vous reviendrez à genoux
    Déposer votre pognon chez nous
    Comme de toute éternité

    On sortira le gros caquelon
    Le fendant puis le Goron
    Et on sera fier de trinquer
    Quand vous reviendrez à genoux
    Déposer votre pognon chez nous
    Comme de toute éternité

    Comme de toute éternité

Laissez un commentaire